© Festival Paris des Orgues

1ère édition - 10 mai au 16 juin 2019

Nos artistes

Cliquer sur les noms pour consulter la biographie des artistes

Gabriele Agrimonti : Organiste élève du CNSM de Paris

Charles Balayer : Organiste de jazz (orgue Hammond)

Hendrik Burkard : Organiste élève du CNSM de Paris

Patrick Delabre : Organiste titulaire de la cathédrale de Chartres

Thierry Escaich : Organiste titulaire de l’église Saint-Étienne-du-Mont

François Espinasse : Organiste titulaire de l’église Saint-Séverin

Laszlo Fassang : Organiste professeur au CNSM de Paris

Mathilde Grosjean : Soprano

Philippe Grauvogel : Hautboïste

Yanka Hekimova : Organiste titulaire de l’église Saint-Gabriel

Emmanuel Hocdé : Organiste titulaire de l’église Saint-Éloi

Anna Homenya : Organiste ancienne élève du CRR de Paris

Rudolf Kelber : Ancien organiste titulaire de l’église St-Jacques de Hambourg (Allemagne)

Anna Kelber : Flûtiste

Joachim Kelber : Altiste

Samuel Liegeon : Organiste titulaire de l’église St-Pierre de Chaillot 

Seoyoung Choi : Organiste élève du CNSM de Paris

Aurélie Loilier : Soprano

Christophe Mantoux : Organiste titulaire de l’église Saint-Séverin

Baptiste-Florian Marle-Ouvrard : Organiste titulaire de l’église Saint-Eustache
Karol Mossakowski : Organiste titulaire de la cathédrale de Lille, organiste en résidence à Radio France (2019-2020)

Thomas Ospital : Organiste titulaire de l’église Saint-Eustache

Hervé Roblès : Percussionniste

Isabelle Sebah : Organiste titulaire du Temple de Pentemont
Quatuor Ellipsos : Paul-Fathi Lacombe, Nicolas Herrouët, Sylvain Jarry, Julien Bréchet

Elèves chanteurs et instrumentistes du Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris, direction Jean Tubéry

Nos artistes témoignent

 Le projet du Festival Paris des Orgues est une occasion de mettre en avant cette pratique propre à l'art de l'organiste qu'est l'improvisation. Celle-ci sera au premier plan à l'Eglise St-Eustache avec quatre organistes qui en découdront dans les différentes épreuves qui jalonneront la soirée.

Le Festival souhaite aussi faire une place aux jeunes talents : Saint-Eustache accueillera ainsi trois jeunes organistes issus du CNSMDP dans un concert qui leur sera réservé. 

Thomas Ospital, Organiste titulaire à l’église Saint-Eustache

“ Paris est sans doute la ville la plus riche au monde en orgues de réputation internationale. Le lancement d'un festival visant à en favoriser le rayonnement, en s'appuyant sur des structures déjà existantes autour de chaque instrument (comme par exemple l'association Plein-jeu à Saint-Séverin), me semble une initiative particulièrement heureuse.

Bien que les instruments de l'église permettent d'illustrer de nombreuses facettes du répertoire, c'est la musique ancienne qui y a été retenue comme thématique. Le Département de musique ancienne du Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris se joindra aux organistes de Saint-Séverin dans un programme illustrant notamment la Renaissance italienne et le classicisme allemand. 

Christophe Mantoux, Organiste titulaire à l’église Saint-Séverin

“ Il m'a été proposé d'apporter ma pierre à l'édifice pour construire l'esprit du Festival "Le Paris des Orgues" , proposition que j'ai immédiatement acceptée tant le pari musical est excitant ! Préparer le passage des grandes orgues de Paris au XXIIème siècle suppose qu'elles doivent toutes prendre leur place au XXIème, aux cotés d'autres Arts ou Disciplines Modernes qui ne feront qu'enrichir le monstre à clavier dont au XXème Maurice Duruflé fût l'un des plus grands Maîtres ! Aujourd'hui, le temps et l'espace sont à notre portée, les artistes sont engagés, la créativité n'a jamais été aussi vive dans notre capitale, Paris, ville des lumières.... et des organistes ! 

Puisse le Public trouver le chemin des grandes orgues de Paris, il y trouvera chaleur humaine et musicale, couleurs sonores et vibratoires, pérégrinations ou voyages intérieurs dans le coeur immense de la Musique... 

Paul-Fathi Lacombe, Saxophoniste du Quatuor Ellipsos

 
 

Patrick DELABRE

Éveillé tôt à la musique, Patrick Delabre pratique le piano et le chant. Il étudie l’orgue et l’Écriture au Conservatoire National de Région de Lille, et s’initie à la direction de chœur.

Il approfondit l’harmonie, le contrepoint, la fugue et l’orgue au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, dont il est quatre fois lauréat.

Nommé organiste titulaire-adjoint de Philippe Lefebvre à la cathédrale de Chartres en 1976, il lui succède en 1986.

Lauréat du concours international d’improvisation de Lyon, il est finaliste du concours international d’improvisation de Chartres. Le déploiement de son activité passe par le grand-orgue de la cathédrale, l’enseignement, les concerts et les animations pédagogiques.

En 2003, les villes de Lucé et Chartres lui ont demandé de prendre la responsabilité de leurs classes d’orgue et d’écriture.

Ses concerts le mènent auprès de grands instruments : Saint-Maximin, Poitiers, Saint-Ouen de Rouen ; à Paris (Saint-Sulpice, Saint-Eustache, Notre-Dame), et à l’étranger : Angleterre, Belgique, Allemagne, Pologne, Tchéquie, Suisse, États-Unis, Canada, Japon.

Membre du jury de concours internationaux (Chartres, Hambourg, Saint-Blasien), Patrick Delabre est l’interprète d’un disque Jean-Sébastien Bach et César Franck enregistré à la cathédrale de Chartres.

La Maison de disque Forlane lui a confié la composition pour Chœur d’enfants et Ensemble instrumental d’une quinzaine d’arrangements de chansons populaires traditionnelles enregistrées par la Maîtrise d’enfants de l’École Nationale de Musique de Chartres en juin 2002.

Laszlo FASSANG

Lauréat des plus grands concours internationaux d’orgue, László Fassang est l’un des organistes les plus universels de sa génération. Il consacre l’essentiel de son travail à connaître et à faire connaître la littérature classique et contemporaine de son instrument. C’est dans cette vue qu’il donne des concerts, des cours de maître et des conférences un peu partout dans le monde au cours desquels il veut rapprocher la grande richesse de l’instrument et celle de son répertoire des jeunes musiciens et du grand public. Dans son pays natal, en Hongrie, il mène une activité importante en faveur de la sauvegarde et de l’entretien professionnel des orgues anciens.

 

Artiste extraordinaire de l’improvisation et des instruments à cordes pincées et frappées, il s’intéresse au clavecin et au piano-forte tout comme au piano, tout en jouant aussi volontiers de l’orgue Hammond. En outre des ensembles classiques de musique de chambre, il participle souvent aux productions de jazz et de la musique du monde.

 

Il obtient ses diplômes avec mention à l’Université de Musique „Ferenc Liszt” de Budapest et au CNSM de Paris. Interrompant ses études en 2000, il passe un an au Japon en tant qu’organiste résident de la Salle de concert de Sapporo. Parmi ses ses récompenses aux concours internationaux, citons la Médaille d’or d’improvisation en 2002 à Calgary et le Grand prix de l’interprétation et le Prix du public en 2004 à Chartres.

 

Entre 2004 et 2008, il enseigne l’improvisation à l’École Supérieure de Musique de San Sebastian en Espagne, puis il est nommé professeur d’orgue à l’Université de Musique „Ferenc Liszt”de Budapest. En dehors de cette activité, il est régulièrement invité comme jury des concours internationaux d’orgue. Il se produit en concert en Europe, Amérique du Nord et à l’Extrême-Orient. Ses disques ont été publiés en France, en Hongrie, au Japon et en Allemagne.

 

Il travaille aussi comme responsable artistique de la série des concerts d’orgue au Palais des Arts de Budapest.

 

Son oeuvre musicale a été récompensée en 2006 des Prix „Liszt” et „Prima”, en 2013 du Prix „Gramofon”. Dès l’automne 2014, il succède au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris comme professeur d’improvisation à l’un de ses maîtres Philippe Lefèbvre. Site de Laszlo FASSANG

Anna HOMENYA

Organiste, pianiste, claveciniste et musicologue, Anna Homenya a reçu en 2013 le Premier prix d’orgue et clavecin au Conservatoire Rimsky-Korsakov de Saint-Pétersbourg. Elle a terminé son doctorat (musicologie) en 2013, avec un ouvrage sur les Symphonies 

d’Anton  Bruckner. 

Elle a participé aux master classes de H.Fagius, M.Bouvard, L.Robilliard, W.Zerer, P.VanDijk (orgue) et C.Stembridge, C.Rousset, A.Staier, S. Sempé (clavecin).

Anna Homenya se produit en concert dans des lieux comme la Chapelle académique de Saint-Pétersbourg, les Eglises Saint-Séverin, Saint-Gervais, Saint-Augustin, des Billettes à Paris, Marienkirche à Stralsund (Allemagne). 

En 2017 elle termine ses études au CRR de Paris dans la classe d’orgue de Christophe Mantoux et dans la classe de clavecin de Noëlle Spieth.

Anna Homenya était parmi les cinq finalistes de prestigieux concours d’orgue à Luxembourg (Dudelange) en septembre 2017.

Depuis 2018 elle fait partie de l’ensemble de musique baroque “Quadrivium” comme accompagnatrice (orgue et clavecin continuo). L’ensemble est en partenariat avec le Musée des Arts et Métiers pour la saison 2018-2019 et il propose un programme de quatre concerts sur le sujet « Compositrices en lumière ». 

Anna Homenya à fondé « Le spectacle des mains » - un duo de clavecins avec la claveciniste Tatsiana Khalevo en 2017. Leur premier programme du concert à la Philharmonie de Minsk (Biélorussie) était consacré à F. Couperin et la musique française.

Anna enseigne le piano et le solfège à l’école russe des arts à Paris. Elle est actuellement organiste à l’église Sankt-Albert à Paris.

Charles BALAYER

Charles Balayer a fait ses études au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse en orgue et improvisation à l’orgue (classes de Mrs Xavier Darasse et Jan Willem Jansen), harmonie, contrepoint, fugue, analyse, accompagnement, musique de chambre et jazz.

 

Il est depuis 1981 professeur d’orgue, d’improvisation et de jazz au Conservatoire à Rayonnement Départemental de Brive, premier établissement national d’enseignement musical en France à avoir créé une classe d’orgue de jazz (orgue Hammond).

 

Charles Balayer est également compositeur (éditions Robert Martin et Delatour France) et organiste titulaire du grand-orgue historique Jean-Baptiste Stoltz de la Collégiale Saint Martin de Brive.

Hervé ROBLES

Hervé Roblès commence la batterie en autodidacte, quelques années plus tard, prend des cours avec Jean-Marc Lajudie, batteur reconnu nationalement. Très tôt, joue dans diverses formations, d'abord variétés, blues, puis se tourne vers le jazz (new orleans, swing), il intègre l'ORJL (orchestre régional de jazz du limousin) pendant quelques années, l'ORFunk (orchestre régional de funk), ainsi que plusieurs combo jazz : trio, quartet...

Parallèlement enseigne la batterie, en poste au conservatoire de Brive la Gaillarde depuis 2000. C'est au sein de cet établissement qu'il rencontrera Charles Balayer et Guy Barbouti, de cette rencontre naîtra "Chez Barbaro", quartet de jazz avec orgue hammond. A leur actif de nombreux concert et festivals (première partie de Maurice Vander, Christian Escoudé…).

 
 
 

Éric BROTTIER 

Eric Brottier, à la suite d'études scientifiques (Ingénieur des Arts et Métiers, professeur agrégé de mécanique), décide de se consacrer activement à l'orgue. En faisant la rencontre d'Antoine Geoffroy-Dechaume et de Francine Lancelot, Eric Brottier a l'occasion d'approfondir les questions de toucher au clavier tout en s'initiant à la danse baroque. Il travaille également avec Bernard Coudurier et Michel Chapuis au Conservatoire National de Région de Besançon où il remporte en 1986 une médaille d’or d’interprétation. Au C.N.R. de Lille, il remporte ensuite une médaille d’or et le diplôme de perfectionnement à l'unanimité du jury en 1988 et 1990 dans la classe de Jean Boyer. Depuis 1992, il assure la fonction d'expert pour le Ministère de la Culture pour la restauration des orgues et du patrimoine campanaire protégé au titre des monuments historiques ainsi que pour la création d’instruments neufs. Il est également consulté à l’étranger pour des expertises d’orgues et de carillons, notamment au Japon, en Espagne ou encore en Suisse. Depuis 2005, la ville de Paris le missionne en tant qu’expert-organier sur l’ensemble des orgues dont elle est propriétaire (notamment sur l’orgue de l’église St-Séverin en 2010) tandis qu’en Espagne, il est chargé de l’expertise et de la direction de travaux de restauration des orgues historiques au service de la Fundación del Patrimonio de Castilla y León.

Après avoir été en charge en 2012 des travaux de restauration sur le grand orgue de Notre Dame de Paris, Éric Brottier est actuellement en charge de projets de restauration d’orgues notamment dans les cathédrales de Lyon, Amiens, Reims ou encore Troyes, à la demande des services du Ministère de la Culture.

Eric Brottier est conservateur de l'orgue historique de l'église de Juvigny (Marne). Il est par ailleurs un carillonneur réputé : il s'est produit à ce titre dans divers pays d’Europe ainsi qu’au Canada.

 

Thierry ESCAICH 

Compositeur, organiste et improvisateur, Thierry Escaich est une figure unique de la scène musicale contemporaine et l’un des représentants majeurs de la nouvelle génération de compositeurs français. Les trois aspects de son art sont indissociables, ce qui lui permet mêler dans ses concerts création, improvisation et interprétation dans les combinaisons les plus diverses.

Son style si personnel transparaît aussi bien dans l’intimité de sa musique de chambre que dans de vastes fresques comme Chaconne pour orchestre, l’oratorio Le Dernier Évangile ou le double concerto pour violon et violoncelle Miroir d’ombres. Son premier opéra, Claude, sur un livret de Robert Badinter d’après Claude Gueux de Victor Hugo, a été créé à l’Opéra national de Lyon en mars 2013 et a reçu les éloges de la critique. Parmi ses compositions les plus récentes, citons La Nuit des chants, concerto pour alto écrit pour Antoine Tamestit, commande de l’Orchestre philharmonique de la Radio néerlandaise et du NDR Elbphilharmonie, et Quatre Visages du temps (troisième concerto pour orgue), créé au Japon, dont la création européenne a été donnée par Escaich et l’Orchestre national de Lyon en novembre 2017.

Les pièces de Thierry Escaich sont inscrites au répertoire des plus grands orchestres aussi bien en Europe qu’aux États-Unis, et à celui de musiciens tels que Lisa Batiashvili et François Leleux, Valery Gergiev, Paavo Järvi, Alan Gilbert, Alain Altinoglu, Louis Langrée, Renaud et Gautier Capuçon, Emmanuelle Bertrand et Paul Meyer. Il a été compositeur en résidence à l’Orchestre national de Lyon, à l’Orchestre national de Lille et à l’Orchestre de chambre de Paris et a reçu quatre Victoires de la musique (2003, 2006, 2011 et 2017). Il enseigne depuis 1992 l’improvisation et l’écriture au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP), où il a remporté lui-même huit premiers prix. En 2013, il a été élu à l’Académie des beaux-arts de l’Institut de France. En 2018, il a été le compositeur à l’honneur du festival Présences de Radio France, à Paris.

Thierry Escaich a également beaucoup composé pour son propre instrument : pièces solistes, musique de chambre, trois concertos, et La Barque solaire, poème symphonique pour orgue et orchestre. Son Premier Concerto pour orgue a été joué notamment par le Philadelphia Orchestra et l’Orchestre national de Lyon, et a été sélectionné comme un incontournable du répertoire d’orgue par le magazine Gramophone : « Son concerto exploite toute la palette sonore et l’orchestre et de l’orgue en trois mouvements électrisants, le second mouvement enflant jusqu’à un sommet impressionnant, qui n’est surpassé que par la fracassante coda du finale. »

La carrière de compositeur de Thierry Escaich est étroitement liée à celle d’organiste, à l’instar de Maurice Duruflé – auquel il a succédé comme organiste titulaire de Saint-Étienne-du-Mont à Paris ; il est aujourd’hui l’un des principaux ambassadeurs de la grande école française d’improvisation. Il se produit en récital dans le monde entier, mêlant les œuvres du répertoire à ses propres compositions et à des improvisations. Sa passion pour le cinéma l’amène à improviser régulièrement au piano comme à l’orgue sur des films muets tels que Le Fantôme de l’Opéra et Metropolis.

Parmi les événements marquants de la saison 2018/2019, citons une résidence au Mariinski en octobre 2018, incluant la création russe de Quatre Visages du temps, et le début de sa résidence de compositeur auprès de l’Orchestre d’Auvergne, avec l’exécution de plusieurs pièces cette saison et la commande d’une pièce nouvelle pour la suite. Escaich donne également de nombreux récitals au cours de la saison, notamment au festival de Valery Gergiev à Rotterdam, à la Philharmonie de l’Elbe (Hambourg), à la Philharmonie du Luxembourg, à la Philharmonie de Cologne, à Seoul, Atlanta et Montréal.

Les différentes facettes de son art s’illustrent dans une discographie abondante, largement récompensée et publiée notamment chez Accord/Universal et Indésens. Récemment, son disque Baroque Song, enregistré par l’Orchestre de l’Opéra de Lyon, a été publié chez Sony Classical et encensé par la critique. Le CD Les Nuits hallucinées (2011), qui couronne sa résidence auprès de l’Orchestre national de Lyon, a reçu de nombreuses distinctions, notamment un « Choc de l’année » de Classica. La création mondiale de Claude à l’Opéra de Lyon a été publiée en DVD (BelAir Classiques). Site de Thierry ESCAICH

Quatuor ELLIPSOS

"Flamboyance, Maîtrise, Générosité, Audace, Elégance : voici les termes que l’on entend souvent à propos du Quatuor Ellipsos, considéré aujourd’hui comme l’un des plus grands quatuors de saxophones de la planète." 

 

Composé de Paul-Fathi Lacombe, Julien Bréchet, Sylvain Jarry et Nicolas
Herrouët, le Quatuor Ellipsos se forme en 2004 au Conservatoire de Nantes. Depuis plus de quinze ans, il a donné des centaines de récitals notamment dans des lieux hautement symboliques comme la Tour Eiffel, l’Hôtel de Matignon, le Château de Versailles, le Théâtre du Châtelet, la Salle Pleyel, la Maison de Radio France, le Petit Palais, la Cathédrale de Nantes, etc... ainsi que sur les scènes internationales des Etats-Unis, Brésil, Chine, Corée du Sud, Maroc, Slovénie, Finlande, Allemagne, Autriche, Equateur, Suisse, Espagne, Royaume-Uni etc... 

Formé au CRR de Paris dans la classe d’Eric Le Sage et Paul Meyer (2006 à 2010), il a enregistré 5 albums entre 2007 et 2018 (notamment chez les labels Genuin Classics en Allemagne et NoMadMusic en France), qui se sont écoulés à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires. Le Quatuor Ellipsos collabore régulièrement avec l’organiste Thierry Escaich, le comédien Philippe Chevallier, la pianiste Marie- Josèphe Jude ou encore avec le compositeur Christian Lauba. 

Il dirige depuis 10ans le Festival du Souffle et l’Académie Ellipsos, stage de formation pour jeunes saxophonistes amateurs et professionnels, à l’Abbaye Royale de Celles-sur-Belle (3ème semaine de Juillet) ainsi qu’une collection éponyme chez l’éditeur Gérard Billaudot. En 2017, la Fondation du Souffle, Fondation Reconnue d’Utilité Publique, l’a nommé « Ambassadeur pour le Souffle ».
Le Quatuor Ellipsos joue les saxophones Henri Selmer-Paris et les anches Rico Reserve (D’Addario). Pour sa diffusion de musique contemporaine, il est soutenu par Musique Nouvelle en Liberté. 

Le Quatuor Ellipsos se produira en Belgique les 20 et 21 Mars (Louvain-la-Neuve), à Paris le 17 Mai 2019 (Eglise St Etienne-du-Mont dans le cadre du Festival « Paris des Orgues » avec Thierry Escaich à l’orgue), du 12 au 16 Juin au Festival Bella Artes de Cali en COLOMBIE et les 22 et 23 Juin au Festival MUSICANCY (au Château d’Ancy-le-Franc). Site du Quatuor ELLIPSOS

 
 

François ESPINASSE

C’est au C.N.R. de Toulouse que François Espinasse effectue ses études musicales où il obtient un 1er prix d’orgue dans la classe de Xavier Darasse en 1980. L’année suivante, il se perfectionne avec André Isoir. Puis il est lauréat des concours internationaux de Toulouse en 1986 et de Tokyo-Musachino en 1988.

Organiste co-titulaire de l’église Saint-Séverin, il est également professeur d’orgue au C.N.S.M. de Lyon ainsi que membre de la Commission Supérieure des Monuments Historiques (5ème Commission section Orgues). En 2010, il est nommé organiste titulaire « par quartiers » de l’orgue de la Chapelle Royale de Versailles avec Michel Bouvard, Frédéric Desenclos et Jean-Baptiste Robin.

Régulièrement invité pour des masterclasses et à participer aux jurys des concours d’orgue internationaux, il est également membre du comité artistique du Concours de Chartres.

Ses nombreux enregistrements discographiques sont salués par la critique ; ils sont consacrés au répertoire classique et mais également à la création contemporaine (Gilbert Amy, Pierre Farago ou Betsy Jolas).

Il est membre du comité fondateur de la revue Orgues Nouvelles et membre du conseil d’administration de l’association Orgue en France.

Christophe MANTOUX

Professeur d'orgue au Pôle supérieur (PSPBB) et au Conservatoire régional de Paris, organiste titulaire de l'église Saint-Séverin à Paris, Christophe Mantoux a étudié l'orgue et l'improvisation avec Gaston Litaize, ainsi que l'harmonie et le contrepoint au CNSM de Paris. En 1984 il remporte le Grand Prix d'interprétation du Concours international d'orgue de Chartres, à la suite duquel il entreprend une carrière internationale de concertiste qui le conduit en Europe, aux Etats-Unis, au Canada, en Amérique du Sud, en Chine, en Corée du Sud et au Japon. Les nombreux instruments authentiques issus de traditions de facture d'orgue très diverses qu’il a ainsi régulièrement l’occasion de jouer nourrissent sa réflexion d’interprète et d’enseignant.

Ses enregistrements ont été remarqués par la critique.

De 1986 à 1992, il est organiste titulaire de la cathédrale de Chartres, et, de 1992 à 2011, professeur d'orgue au Conservatoire de Strasbourg ; membre de la Commission nationale des monuments historiques (section des orgues), il est par ailleurs régulièrement invité comme membre de jury de nombreux concours internationaux et comme professeur pour des masterclasses.

Jean TUBERY

Après des études dans sa ville natale au conservatoire de Toulouse, puis au Sweelinck Conservatorium d’Amsterdam, Jean Tubéry décide de se consacrer à un instrument au répertoire encore à redécouvrir : le cornet à bouquin. Il suit l'enseignement de Bruce Dickey à la Schola Cantorum de Bâle, dont il obtient le diplôme de concertiste.

Il joue par la suite avec les ensembles Clemencic Consort, Clément Janequin, Concerto Palatino, Les Arts Florissants, Collegium Vocale de Gand, Concerto Vocale, Hesperion XXI, Huelgas, Cantus Cölln, Elyma, La Petite Bande, Il GiardinoArmonico, etc.

En 1990, il fonde l'ensemble La Fenice, avec lequel il obtient le Premier Prix des Concours Internationaux de Musique Ancienne de Bruges et de Malmö.

Son intérêt pour le répertoire vocal l'amène également à la direction de choeur, qu'il étudie auprès de Hans Martin Linde et Pierre Cao. Il a ainsi été sollicité par des ensembles tels que Jacques Moderne (Tours), Dunedin Consort (Edinburgh), NorwaySolistenkor

(Oslo), NederlandsKamerkoor (Amsterdam), Arsys Bourgogne, Vox Luminis (Namur), la maîtrise et le chœur de Radio-France (Paris) ainsi que le Choeur de Chambre de Namur dont il a été le chef titulaire de 2002 à 2008, année où il est invité à diriger l'académie internationale d'Ambronay.

Il a enregistré pour les labels Ricercar, Accent, Erato, Harmonia Mundi, Sony Classical, Virgin, Opus 111, Naïve, Alpha, ainsi que pour de nombreuses radios et télévisions nationales en Europe, au Japon, aux Etats-Unis et en Amérique latine. La série discographique « L'héritage de Monteverdi » réalisée avec le label Ricercar de 1995 à 2001, a été saluée par la presse spécialisée comme un « événement majeur dans l'univers du XVIIe siècle » (coffret Diapason d’Or 2018). En 2003, il reçoit avec l’Ensemble La Fenice deux grands Prix de l’Académie Charles Cros pour ses enregistrements consacrés à Matteo Romero et à Giovanni Gabrieli ; quant à ceux réalisés à l’occasion des anniversaires des grandes figures du XVIIe siècle (Marc-Antoine Charpentier, Giacomo Carissimi, Johann Pachelbel, Dietrich Buxtehude…), ils ont été unanimement salués par la presse musicale internationale, reconnaissant en son travail « une rigueur musicologique au service d’une inventivité artistique toujours renouvelée ». En 2010, sa version du Te Deum de Charpentier est élue version de référence par le magazine Classica ; il aborde également un répertoire plus tardif allant jusqu’à Jean-Sébastien Bach, dont un volume de Cantates de Noël, qualifié d’«un des plus beaux enregistrements de cantates, malgré ses devanciers ». En 2015, à l’occasion des 25 ans de l’Ensemble La Fenice, il dirige et met en espace L’Orfeo de Monteverdi, avec les favoritide La Fenice.

Par ailleurs, Jean Tubéry enseigne le cornet à bouquin au Conservatoire Supérieur – C.R.R. de Paris (depuis 1990) et au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon, ainsi que l'ornementation improvisée au Conservatoire Royal de Bruxelles. Il a été invité à donner des master-classes dans de nombreux instituts internationaux : Centre Vocal Européen, Mannes College de New York, Université d'été du Connecticut, Case University de Cleveland, Schola Cantorum de Bâle, Oxford University, Musikhochschule de Trossingen et de Würzburg, Sibelius Akademie d’Helsinki, Musikuniversität de Graz, etc…

En 2001, il est nommé Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, et dirige la « Rappresentatione » de Cavalieri au Théâtre Royal de la Monnaie (Bruxelles). En 2006, il reçoit le Prix Liliane Bettencourt à l’Académie des Beaux-arts de Paris pour son travail avec le Choeur de chambre de Namur. L’année suivante, il enregistre pour Arte et la RTBF les oeuvres vocales de Pachelbel et un oratorio de Pietro Torri (re-création). Il est alors élu personnalité musicale de l’année par le quotidien national belge « Le Soir ». 

En 2013, Jean Tubéry a été élevé au grade de Chevalier dans l’ordre des Palmes Académiques pour son travail musicologique et pédagogique dans l’Yonne (Bourgogne-Franche-Comté), où il est en résidence avec l’ensemble La Fenice depuis 2001.

Site de l'Ensemble La Fenice, direction Jean TUBERY

 
 
 

Seoyoung CHOI

Née en 1993 à Busan en Corée du Sud, SeoYoung Choi effectue ses études au Lycée d'arts Busan de 2009 à 2012 puis à l'Université d'Yonsei de 2012 à 2016 avec Dong sun Kwak. Elleobtient le Grand prix du 50e Concours de l'Université de Keimyung et du Concours du 4e Journal de Kookmin & YoungSan Art Hall en Corée du Sud. Elle a donné plusieurs récitals en Corée du Sud.

 

Cette même année(2016), elle intègre le Conservatoire Rayonnement Régional de Saint-Maur et obtient en juin 2017 son diplome de 4 Cycle de perfectionnement avec la mention Très Bien à l'unanimité et obtient prix André Monsaingeon. 

En 2017, elle est par la suite admise au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris en Master class d'orgue-interprétation dans la classe de Michel Bouvard et Olivier Latry.

En 2018 elle intègre le Conservatoire à rayonnement régional de Boulogne-Billancourt dans la classe clavecin de Bibiane Lapointe.

Elle se produit régulièrement en concert en France et à l'étranger tant en soliste qu'avec des formation variées. 

En parallèle, seoyoung CHOI est organiste Paroisse Montparnasse-Plaisance et accompagnateur de Choeur Allegretto Plaisance.

Gabriele AGRIMONTI

Gabriele Agrimonti est né en 1995 en Italie et vit à Paris, où il étudie au Conservatoire National Supérieur de Paris (CNSMDP) l’improvisation à l’orgue avec Thierry Escaich et Laszlo Fassang, et l’écriture avec Yves Henri et Olivier Trachier.Depuis l’âge de 13 ans il est cotitulaire du grand orgue de la Basilique de Santa Maria della Steccata de Parme, l’un des instruments les plus importants de sa région.En 2016, il a obtenu le diplôme d’orgue du conservatoire italien avec le maximum des notes et la Mention d’Honneur à l’unanimité du jury au Conservatoire “Arrigo Boito” de Parme avec Mario Verdicchio.Pendant son parcours formatif il a suivi des nombreuses masterclasses avec les plus grands pédagogues et personnalités de l’orgue au monde comme Olivier Latry, Jean Guillou et Yanka Hékimova.En octobre 2017 il remporte le Grand Prix d’Improvisation du concours international Marchal-Litaize à l’église Saint Eustache à Paris.Son répertoire s’étends de la musique du XVI siècle à celle d’aujourd’hui, en privilégiant les langages modernes et contemporaines et en laissant une place importante notamment à l’improvisation, art qu’il explore en tant que soliste qu’en collaboration avec d’autres instrumentistes, et qui intègre à plusieurs contextes extra-musicales comme le cinéma et la danse.Gabriele a eu l’occasion de se produire dans le cadre de nombreux festivals d’orgue dans toute l’Europe.

Hendrik BURKARD 

Le jeune organiste Hendrik Burkard (22 ans) est aujourd’hui étudiant dans la classe d’orgue de Michel Bouvard et Olivier Latry au CNSMD de Paris. Il a remporté le Premier Prix du Concours International Xavier Darasse de Toulouse 2017 à l’âge de 21 ans. Né en 1996 à Bergisch-Gladbach (près de Cologne), il a commencé ses études musicales comme membre de la maîtrise de la Cathédrale de Cologne. Il bénéficie d’un sérieux apprentissage de l'orgue dès l’âge de 9 ans au sein de l’Ecole de la Cathédrale. Dès l’âge de 14 ans, il est déjà étudiant au „Musikhochschule Köln“ dans la classe d’orgue de Johannes Geffert. Quatre ans plus tard, Hendrik Burkard est étudiant au CRR de Reims sous la direction de Pierre Méa, titulaire de la cathédrale de Reims, et termine son cycle de perfectionnement avec la mention „1er Prix à l’unanimité avec les félicitations“ pour entrer juste après au Conservatoire de Paris. Avec la même mention, le jeune organiste obtient une Licence en 2018 dans la classe de M. Bouvard et O. Latry. Pendant ses études à Paris Hendrik Burkard a étudié auprès des organistes célèbres comme notamment Louis Robilliard, François Espinasse et László Fassang.

 
 
 

Yanka HEKIMOVA

Née à Sofia, Yanka Hékimova débute comme pianiste. Très jeune, elle se familiarise avec la scène lors de récitals et concerts avec orchestre dans les plus grandes salles de sa ville natale.

 Après de brillantes études au Conservatoire «Tchaïkovski» de Moscou – premiers prix en Orgue, Piano, Musique de chambre, Accompagnement... - elle se perfectionne à Paris auprès de Jean Guillou et se consacre à la carrière de concertiste.

Invitée de prestigieux festivals, ses concerts ont été diffusés par les chaînes de radio et de télévision en Europe, Amérique et Asie.

Sa fascination pour la musique française s’exprime dans divers programmes dédiés à Franck, Vierne, Ravel, Messiaen, Guillou...

Yanka Hékimova a réalisé de nombreuses transcriptions - pour orgue, piano, orgue et divers instruments - d'oeuvres de Vivaldi, Händel, Mozart, Liszt, Wagner, Saint-Saëns, Tchaïkovski, Debussy, Ravel.

En 2018 elle rend hommage à Claude Debussy par sa transcription de « Nuages » et « Fêtes » pour 8 mains - à l’orgue et au piano - créée à Saint-Gabriel, Paris.

Pédagogue appréciée, Yanka Hékimova est professeur de diverses master-class, en France et à l'étranger, entre autres à Paris – à Saint-Eustache, et depuis 2015 à Saint-Gabriel.

Elle imagine et crée les Concerts « Jeune public » à Saint-Eustache, Paris, qui – grâce au soutien de la Fondation Hippocrène - ont permis à 12 000 enfants de découvrir l'orgue et la musique classique.

Yanka Hékimova a enregistré de nombreux CD dont deux aux grandes orgues de SaintEustache où figurent sa transcription de la symphonie "Jupiter" de Mozart et des oeuvres originales du répertoire organistique, ainsi que l'Intégrale des Sonates en Trio de JeanSébastien Bach à l’orgue Kleuker-Steinmeyer de la Tonhalle de Zurich.

Elle a joué avec Jean Guillou lors de l'inauguration de l'orgue de la Tonhalle de Zurich et de la création des versions pour deux organistes de sa Symphonie Initiatique et de sa transcription des Danses Symphoniques de Rachmaninoff, publiée par Decca-Universal.

Site de Yanka HEKIMOVA

Philippe GRAUVOGEL

Philippe Grauvogel a débuté sa formation musicale auprès de Roger Raynard puis Yves Poucel.  Il entre au Conservatoire de Paris (CNSM) dans les classes de David Walter et Maurice Bourgue.  Il y obtient deux Premiers prix de musique de chambre et le Premier prix de hautbois.

 

Philippe Grauvogel est aujourd'hui Soliste de l'Ensemble intercontemporain (Eic), fondé par Pierre Boulez, dirigé par Matthias Pintscher, dédié à la création musicale et aux classiques du 20 et 21ème siècles. 

Il participe  à de nombreuses créations, en collaboration  avec les compositeurs d'aujourd'hui,  tels George Benjamin,  Heinz Holliger,  EnnoPoppe, Michael Jarell,  Bruno Mantovani,  Matthias Pintscher, Olga Neuwirth, etc…

 

Auparavant,  il a été soliste de l'Itinéraire,  de l'Orchestre Nouvelle Aquitaine,  et demeure musicien de  l'orchestre Bernard Thomas depuis bientôt 30 ans.

Ses activités musicales l'ont amené à collaborer avec de grandes formations lyriques et symphoniques,  telles l'Opera de Paris, l'Opera de Lyon ou l'Orchestre de Radio-France.  Il participe également à de nombreux concerts dans des salles prestigieuses à l'international,  en Amerique du nord,  du sud,  en Europe,  en Asie et en Afrique.

 

Des chefs d'orchestres tels Pierre Boulez,  Matthias Pintscher, Heinz Holliger, François-Xavier Roth,  Seiji Ozawa, Valery Gergiev…  font partie de ses rencontres,  tant dans le domaine  contemporain que classique.

 

Il  collabore régulièrement avec les musiciens  de l'Orchestre de Paris et des Arts Florissants,    permettant l'étroite et complémentaire association de la musique baroque,  classique,  romantique et contemporaine.

Il reste très attaché au répertoire baroque dans le cadre plus spécifique de la musique de chambre,  plus particulièrement par la formation Orgue et hautbois.

 

Parallèlement à ses activités d'interprète,  Philippe Grauvogel est professeur de hautbois au Conservatoire  d'Antony.

Site de l'Ensemble Intercontemporain

 
 

Emmanuel HOCDE

Emmanuel Hocdé est né en 1970 Château-Gontier en Mayenne. Il étudie l’orgue au Conservatoire National de Région de St Maur des Fossés dans la classe de Gaston Litaize où il obtient une médaille d’or en 1990, puis ensuite dans la classe d’Olivier Latry. 

Dans la classe de perfectionnement de Louis Robilliard au Conservatoire National de Région de Lyon, il obtient également un Premier Prix.

A l’Université de Paris IV Sorbonne, il s’est vu décerner une licence de musicologie.

Emmanuel Hocdé entre au Conservatoire Supérieur de Musique de Paris en 1992 dans la classe de Michel Chapuis et d’Olivier Latry où il remporte deux Premiers Prix, un Premier Prix d’Orgue et un Premier Prix de Basse Continue.

En 2001, il obtient au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon le Certificat d’Etudes Complémentaires Spécialisées en Improvisation à l’Orgue, (classe de Loïc Mallié). 

La même année, il remporte le Prix André Marchal, le Prix du Public et le Prix J. Englert Marchal (interprétation de la musique ancienne) au Concours International d’Orgue de la ville de Biarritz.

Enfin, en 2002, Emmanuel Hocdé accède à la reconnaissance internationale en triomphant au prestigieux Concours International d’Orgue de Chartres : il y remporte 3 récompenses : le Grand Prix d’Interprétation, le Prix du Public ainsi que le Prix Jean-Sébastien Bach.

Activités professionnelles

  • Organiste titulaire de l’église St Eloi (Paris XII)

  • Organiste titulaire des grandes orgues Cavaillé-Coll de la cathédrale de Laval (Mayenne)

  • Organiste titulaire adjoint de l’église Saint-Denys du Saint-Sacrement à Paris III

  • Professeur d’orgue au Conservatoire Rayonnement Départemental de Mantes en Yvelines (GPSEO)

  • Professeur d’orgue au Conservatoire à Rayonnement Intercommunal d’Aubergenville (GPSEO).

Il a participé à des master-classes, en France, et en Afrique du Sud.

Discographie

  • Orgue seul Auguste Fauchard, 4me symphonie dite Eucharistique, orgue Cavaillé -Coll de Saint-Sulpice (Paris), Ed. Hortus. 4 diapasons (magazine Diapason du mois de janvier 2011), Lion d’Or (Contre-Bombarde du mois d’octobre 2010). Très recommandé par France Catholique.

  • Orgue seul C.M. Widor : 1er mouvement de la 6e symphonie F. Liszt : Fantaisie sur Ad nos ad salutarem undam V. Aubertin : Van Gogh, les Fresques-

Lamento, extrait du Livre Ouvert M. Duruflé : Toccata op.5 J. Brahms : Choral Herzlich tut mich verlangen. Enregistré à la Maison de la Radio Disque déclic/AFAA – mai 2005 R f : 051

  • Avec le chœur de chambre Les Temperamens-Variations : D’un cœur qui t’aime, musique religieuse de la France romantique. Ch. Gounod, C. Saint-Saëns, G. Rossini, Charles-Marie Widor. Orgue Cavaillé-Coll de l’Abbaye de Royaumont. Enregistré en avril 2010.

  • Avec le chœur de chambre Les Temperamens-Variations :. Œuvres pour orgue seul (*), chœur a cappella, chœur et orgue Esprit Romantisme F. Liszt : Prélude et Fugue sur B.A.C.H. Enregistrements *  Paris, Notre-Dame d’Auteuil et au Collège d’Anthony Disque Les Temperamens Variations. 2007 Disponible sur demande.

Festivals et concerts

Emmanuel Hocdé s’est produit dans de nombreux festivals et hauts lieux de patrimoine. Sans les énumérer tous, on peut citer :

Afrique du Sud : Pretoria : Unisa University Le Cap : cathédrale St-Georges

Allemagne : Bonn Bauel Frankfort, église Ste-Catherine

Brésil : Sao Polo

Croatie : Bardejev Humene

Espagne : Séville

Etats-Unis : Harvard University Los Angeles Atlanta Peachtree Methodist Church (Géorgie) Chicago Greenbay University Greenwich (Connecticut) Suffield (Connecticut) Pensacola (Floride) Colorado Springs

France : Paris Salle Olivier Messiaen de Radio-France, Notre-Dame de Paris, Saint-Sulpice, Eglise de la Madeleine, St-Louis-des-Invalides, église St-Antoine-des-Quinze-Vingts, Notre Dame d’Auteuil

Province Heures Musicales de l’Abbaye de Lessay, Festival de Besançon, Festival du Comminges, Jeux d’Orgues en Yvelines : chapelle royale de Versailles, Les Orgues de l’Aisne en Concerts, Festival International d’Orgue de Chartres Cathédrale de

Strasbourg, Cathédrale d’Orléans, Cathédrale de Nice, Cathédrale de Bourges, Cathédrale de

Rennes, Cathédrale de Tours, Cathédrale du Havre Cathédrale de Belfort.

Grande-Bretagne Chichester St-Alban Festival Cambridge Festival

Italie : Festival Antegnati de Brescia Ravenne : église San Vitale, Arenzano, Levante

Luxembourg : Trois Vierges

Monaco : Cathédrale

Slovaquie : Bardejov

Slovénie : Llublijana : salle Konkarev

Suisse : Lausanne : église St-François

Uruguay : Montevideo : église des Capucins

Extraits de presse :

Public nombreux, l’autre soir, au Duomo Vecchio de Brescia, pour assister au concert d’orgue organisé par le 17e festival     Antegnati : sûrement, la notoriété du concertiste français Emmanuel Hocdé a été déterminante dans cette réconfortante présence. (Luigi

Fertonani, Brescia oggi, 20 10 2004). Italie

Site d'Emmanuel HOCDE

Mathilde GROSJEAN

Mathilde est née le 27 février 1990. Elle fait ses premiers pas sur scène à l’âge de 14 ans. Sa rencontre avec Elena Vassilieva et Robert Boschiero au conservatoire d'Epinal sera déterminante et la conduira à choisir des études de musicologie à l’Université de Nancy. Elle étudiera en parallèle le chant lyrique au Conservatoire Régional de Nancy dans la classe de Magali Damonte puis Dominique Gless. 

Au cours de son parcours nancéien elle à l’opportunité de chanter en soliste avec l’Ensemble Leszczynski notamment dans la création française du Requiem de Bob Chilcott. Puis en Septembre 2010 se créée l’ensemble vocal Huit de Chœur, constitué d’anciens étudiants de musicologie avec lequel elle aborde un répertoire proche de celui des Swingle singers.

Elle étudiera ensuite au conservatoire du centre de Paris (1-2-3-4 arrondissement) dans la classe de chant de Valérie Millot. En 2012 elle chante dans le Diva Chorus lors de la création de La Revue des Ambassadeurs de Cole Porter sous la direction de Larry Blank.

Elle intègre la même année La Chorale du Delta dirigée par Coline Serreau avec laquelle elle se produit en soliste dans des églises à Paris et participe à une tournée d'une cinquantaine de dates chaque été dans le sud de la France (Drôme, Ardèche).

Dernièrement elle chante le rôle de Serpina dans La Serva Padrona, opéra de Pergolese mis en scène par Coline Serreau dans le cadre du festival de printemps créé par la chef d'orchestre Reta Kazarian. Elle a aussi chanté en soliste le Requiem de Mozart et le Requiem de Brahms sous la direction de Reta Kazarian. 

Chaque année elle chante pour l'association Stop aux Violences Sexuelles dans le cadre de concerts caritatifs dans des lieux prestigieux comme le théâtre Antoine à Paris.

Elle prépare actuellement le rôle de Servilia dans la Clémence de Titus de Mozart.

Soucieuse de trouver une technique vocale qui évolue en même temps que sa voix elle suit des cours particuliers hebdomadaires avec Isabel Garcisanz puis Armelle Debos-Cabral au conservatoire de Montereau.

"Du plus loin que je me souvienne il n'y a pas un jour où je n'ai pas fredonné, eu une musique dans la tête ou eu l'envie de faire le clown pour amuser la galerie. La musique a toujours été un besoin quotidien, comme un second langage. Élevée par des musiciens qui aimaient vivre la musique en famille je suis montée sur scène dès l'âge de 13 ans. Depuis je n'ai jamais cessé de chercher à retrouver cette sensation si particulière que procure le fait d'être devant un public, de raconter une histoire. A l'adolescence j'ai découvert l'Opéra et toutes ses grandes mythologies, celles qui nous touchent encore et qui traverseront les siècles. Les histoires de ses grandes femmes me passionnent autant qu'elles m'émeuvent. Se lever le matin en pensant au prochain concert est ce qui fait que je choisis sans hésiter le métier de chanteuse."

Aurélie LOILIER

Pianiste de formation, la Soprano Aurélie Loilier s’est produite sur les scènes françaises et européennes, à Moscou, à Shanghaï, au Moyen-Orient (Kuwait, Bahreïn, Liban et Abu Dhabi), dans les pays baltes, en Amérique du Sud (Colombie), au Maghreb en Tunisie et en Algérie pour l’inauguration du nouvel Opéra d’Alger en 2016.

En décembre 2017, elle chante la Marseillaise dans le cadre de la visite du Président de la République Emmanuel Macron en Algérie.

Elle chante et joue dans le dernier film de Blandine Lenoir « Aurore » avec Agnès Jaoui.

Elle a prêté sa voix pour la dernière publicité parfum de Jean Paul Gaultier en chantant « Casta Diva »de Norma de Bellini.

 

Elle a interprété les rôles d’Adina (Palais des Congrès du Mans) et Gianetta (festival de Chartres d’Eve Ruggieri)  dans  L’Elisir d’amore de Donizetti, Elisetta dans Il Matrimonio segreto de Cimarosa (festival de Gattières puis de Sédières), Musetta dans La Bohème de Puccini (théâtre d’Herblay), Monica dans le Medium de Menotti,  ainsi que plusieurs rôles mozartiens : Donna Anna(Don Giovanni), Despina(Cosi fan tutte en tournée avec l’orchestre Ostinato), Serpetta (la Finta Giardiniera en tournée avec l’abbaye de Royaumont et Opera fuoco) ou encore Susanna et Barbarina (Le Nozze di Figaro,Festival Musiques au Cœur d’Antibes), la 1ère Dame (Die Zauberflöte, Dôme de Marseille avec la Fabrique Opéra), Eurydice(Orphée et Eurydice de Glück)…

 

On a aussi pu l’entendre dans le répertoire français, interprétant le rôle de Micaëla (Carmen de Bizet), chantant dans des opéras de Boieldieu (Théâtre Impérial de Compiègne) ou des opérettes d’Offenbach: Claudine dans La Fille du Tambour-Major et Wanda dans la Grande Duchesse de Gérolstein au festival d’Aix-les-Bains, Pomme d’Api, Sylvabelle dans L’Auberge du cheval blanc de Benatzky, Germaine dans les Cloches de Corneville de Planquette…

Elle se produit aussi très régulièrement en récital, avec piano ou orchestre et chante également le répertoire sacré, en particulier à l’Eglise de la Madeleine, à l’Eglise de Saint-Germain-des-Prés et à la Sainte-Chapelle à Paris (Requiem de Mozart, Vêpres solennelles d’un confesseur de Mozart, Nelson Messe de Haydn, Stabat mater et Salve Regina de Pergolesi, Passions de Bach, Gloria de Vivaldi…).

Elle est régulièrement invitée par Eve Ruggieri pour chanter, entre autres, lors des festivals de Chartres et d’Antibes ou encore dans Carmen de Bizet en tournée dans les Zéniths de France dans le rôle de Frasquita. Elle participe également à des concerts “Radio classique”.

 

En 2017, elle a interprété le rôle de Violetta dans la Traviata de Verdi avec Opus Opéra.

En 2017, elle a fait une grande tournée en récital avec Qiaochu Li au piano en Algérie au Zénith de Constantine, Théâtre d’Oran, Opéra National d’Alger, Institut Français d’Alger et Notre-Dame d’Afrique d’Alger.

Site d'Aurélie LOILIER

 
 
 

Henri de Rohan CSERMAK

Organiste, musicologue et expert, Henri de Rohan-Csermak a été l’élève de Michel Bouvard et André Isoir, aux Conservatoires de Toulouse et de Boulogne, avant de se perfectionner auprès de Marie-Claire Alain, au Conservatoire Supérieur de Paris (CNR).

Professeur au Conservatoire de Béziers, puis professeur agrégé de musique et chargé de cours à l’université de Paris IV-Sorbonne, il s’est fait connaître pour ses recherches sur la facture d’orgues et la musique du XIXème siècle, dont témoignent plusieurs publications, entre autres sur les manufactures d’orgues Théodore Puget et Aristide Cavaillé-Coll; il collabore ainsi à la première édition complète de l’œuvre d’Alexandre Boëly (Publimuses) et au Dictionnaire de la musique du XIXème siècle, sous la direction de Joël-Marie Fauquet chez Fayard.

Conseiller pour les orgues de l’ARIAM Île-de-France depuis 2005, il est expert à ce titre pour les restaurations et constructions d’orgues auprès du Conseil régional et des Conseils généraux de l’Île-de-France.

En décembre 2009, par décret du Président de la République, il devient le premier Inspecteur général de l’éducation nationale pour l’histoire des arts.

Invité de nombreuses saisons prestigieuses en France et à travers l'Europe, il est titulaire honoraire du grand orgue de la cathédrale de Béziers et, depuis 2003, le lointain successeur de Boëly comme titulaire du grand orgue de Saint-Germain l'Auxerrois à Paris, l'ancienne Paroisse royale du Louvre.

La photo d'Henri de Rohan-Csermak est de Jim Sumkay

 

Isabelle SEBAH

Au départ Ingénieur des Télécommunications (diplômée de Télécom Paris Tech à 22 ans), Isabelle Sebah a envisagé de changer totalement de voie en commençant l’étude de l’orgue il y a plusieurs années, parallèlement à son activité professionnelle. Médaille d’Or (à l’unanimité) du Conservatoire de Paris-CNR et Grand Prix de Virtuosité (avec les félicitations du jury) du Conservatoire de Rueil-Malmaison en orgue (classe de François-Henri Houbart), elle a aussi tenu à compléter sa formation musicale par des Prix de musique Ancienne, harmonie et contrepoint au Conservatoire de Paris-CNR, et aussi par une Licence de Musicologie (1ère nommée) à la Sorbonne. Auparavant, elle avait obtenu ses prix de piano et de formation musicale au Conservatoire de Marseille et avait dirigé le grand chœur de 250 choristes du « Chœur et Orchestre des Grandes Ecoles ».

Depuis la fin de ses études, Isabelle Sebah est cadre en entreprise, enseigne le piano et l’orgue, et est titulaire du grand orgue Cavaillé-Coll du Temple de Pentemont à Paris. Elle donne des concerts d’orgue en France, en Angleterre, au Canada et aux USA en soliste ou avec orchestre ainsi que des Conférences-Concerts qui présentent cet instrument souvent méconnu qu’est l’orgue (technique, répertoire, contraintes… et le jeu de l’organiste) lors de séminaires, festivals ou séances privées alliant explications orales et démonstrations à l’instrument en toute visibilité.

Elle est auteur du livre « L’orgue et l’organiste, une complicité tumultueuse », décrivant simplement le fonctionnement d’un orgue en général et relatant nombre d’anecdotes (souvent désopilantes) sur le métier d’organiste. Résolument destiné au grand public, cet ouvrage complémente les conférences-concerts qu’elle donne pour montrer et expliquer le jeu de l’organiste, que le public ne voit pas toujours. Succès de librairie, cet ouvrage a été « meilleure vente du mois » en septembre 2012 à la librairie La Procure de Paris. Elle a également enregistré plusieurs CD dont 4 en soliste, dont le dernier consacré à la musique de Félix Mendelssohn (« Des préludes et fugues… romantiques ! »), salué par la critique professionnelle.

Site d'Isabelle SEBAH

 

Benjamin FRANCOIS

Il propose à France Musique reportages, chroniques, séries thématiques et anime successivement Organo pleno, puis Le Jardin des critiques. Critique musical aux Dernières Nouvelles d'Alsace, il rédige des programmes de concert, donne des conférences, présente des concerts pour des opéras ou orchestres nationaux, et assure la direction artistique de festivals. Enfin, il enseigne l’allemand au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Benjamin François en cinq dates

• septembre 2002 à juin 2004 : débuts à la radio avec Note Bleu Classique, le dimanche après-midi, sur France Bleu Nord

• septembre 2004 à juin 2008 : chroniques, reportages depuis le grand-est pour les matinales de France Musique

• août 2007 : feuilleton-atelier de création radiophonique "Sur les pas de Bach", 465 km de randonnée musicale entre Arnstadt et Lübeck pour les 300 ans de la rencontre entre Bach et Buxtehude

• 2008-2016 : "Organo pleno", émission d’orgue de France Musique, "Le Jardin des critiques", l'émission des discophiles, "Sacrées Musiques", "Grands concerts de Radio France : le best of"

• 9 mai 2016 : présente la grande soirée d'inauguration de l'orgue Grenzig de Radio France

Ses affinités électives...

• Un livre : Le Docteur Faustus de Thomas Mann • Un film : Robert Wiene (1920) : Le Cabinet du docteur Caligari

• Un disque : Michael Praetorius, Messe pour le matin de Noël par les Gabrieli Consort and Players, Paul McCreesh (dir.), Archiv-DG

Site de France Musique

Samuel LIEGEON

Après des études aux Conservatoires de Besançon, Saint Maur des Fossés et Rueil Malmaison, Samuel Liégeon entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en improvisation à l’orgue et au piano ainsi qu’en écriture, analyse et orchestration où il obtiendra sept premiers prix.  

Il est nommé en 2009 à l’âge de 24 ans organiste titulaire du grand orgue de l’église Saint Pierre de Chaillot à Paris. Il remporte en 2008 le Premier prix du Concours International d’Improvisation Boëllmann-Gigout de Strasbourg et l’année suivante est lauréat du Concours International de Leipzig. Samuel Liégeon est également Grand prix du Concours International de Haarlem (2010) , Premier prix du Concours International de Münster (2011) et prix d’improvisation au concours International de Chartres 2012. La même année, il est nommé «jeune artiste en résidence» à la cathédrale Saint-Louis Roi de France de La Nouvelle-Orléans, pour une période de six mois. Lors de ce séjour, il donne de nombreux concerts et master class à l’orgue et au piano, et collabore en tant que soliste avec l’Orchestre philharmonique de Louisiane.   

Il est régulièrement invité en Europe et aux Etats Unis où il se produit aussi bien en soliste, en musique de chambre ou avec orchestre. Passionné par l’improvisation et la composition musicale, il s’est fait entendre au piano et à l’orgue dans le cadre d’émissions de radio qui lui sont consacrées (Le Cabaret Classique, à l’Improviste, le Magazine...) ou encore au cinéma avec lequel il collabore régulièrement pour l’accompagnement de films muets. 

Samuel Liégeon est professeur d’analyse, de composition et d’improvisation au Pôle Sup’ 93 d’Aubervilliers-La Courneuve et d’improvisation au conservatoire de Lille, en France.

Site de Samuel LIEGEON

Baptiste-Florian Marle-Ouvrard

Baptiste-Florian Marle-Ouvrard fait partie de la jeune génération d’organistes français défendant un répertoire éclectique tout en donnant une part importante à l’art de l’improvisation. Après de brillantes études au Conservatoire de Paris (CNSMDP), où il reçoit notamment l’enseignement d’Olivier Latry, Michel Bouvard, Thierry Escaich, Philippe Lefebvre, Pierre Pincemaille, Jean-François Zygel et François-Xavier Roth, et où il obtient huit prix, il est lauréat de nombreux concours internationaux : premier prix et prix du public du Concours international d’improvisation de Leipzig (2009), premier prix et prix du public du Concours international d’improvisation de Luxembourg (2011), lauréat du Concours M. Tariverdiev à Kaliningrad (Russie, 2011), deuxième prix ex-æquo et prix du public du Grand Prix d’improvisation de Chartres (2012) et prix Clarence Snyder du Concours international de Longwood Gardens (États-Unis, 2013).

 

Organiste titulaire des grandes orgues de l’église Saint-Vincent-de-Paul de Clichy-la-Garenne depuis 2001, il est nommé sur concours, en 2015, organiste titulaire des grandes orgues de l’église Saint-Eustache à Paris. Son intense activité de concertiste le mène à se produire à travers toute l’Europe ainsi qu’en Russie, au Canada, aux États-Unis, au Japon et en Afrique du Sud. Il enseigne régulièrement l’improvisation et le répertoire français lors d’académies et de master-classes. Il a créé en 2007 son oratorio L’Arche de Noé, pour chœurs, orchestre et orgue. La même année, la revue allemande Organle nomme Organist of the Year. Également passionné par l’accompagnement de films muets, il collabore régulièrement avec la Cinémathèque française de Paris, où il a été artiste en résidence pour le festival 2015 Toute la mémoire du monde. Bien que possédant un très vaste répertoire, il n’hésite pas à inscrire à ses programmes des transcriptions d’œuvres symphoniques. Il continue par ailleurs d’explorer les mélanges les plus audacieux entre l’orgue et d’autres formes d’expressions artistiques, danse, œuvres graphiques, musiques électroniques.

 

En 2016, il collabore avec le chorégraphe américain Dylan Crossman pour la création du ballet Souffle sur l’étang dans le cadre du festival Toulouse les Orgues.

En 2017, il crée le duo Prière avec le clarinettiste Yom dans un programme à la croisée des influences, classique, jazz et klezmer. Il vient d’enregistrer avec ce duo un album sur l’orgue Rieger de la Philharmonie de Paris paru sous le label Buda musique.

Site de Baptiste-Florian MARLE-OUVRARD

Karol MOSSAKOVSKI

Karol Mossakowski est reconnu tant pour ses qualités d’interprète que d’improvisateur. Il forge sa profonde personnalité musicale dès l’âge de trois ans, lorsqu’il commence l’apprentissage du piano et de l’orgue avec son père. Après des études musicales en Pologne avec Elżbieta Karolak et Jarosław Tarnawski, il intègre les classes d’orgue, d’improvisation et d’écriture au Conservatoirede Paris, où il a comme professeurs Olivier Latry, Michel Bouvard, Thierry Escaich et Philippe Lefebvre.

 

Parmi les nombreuses distinctions dont il est titulaire, il remporte le premier prix du Concours international du Printemps de Prague en 2013, ainsi que le Grand Prix de Chartres en 2016, l’un des plus prestigieux concours internationaux. En 2010, il remporte le Concours international FeliksNowowiejski à Poznań. En 2015, il obtient le Grand Prix et le Prix du Public du Concours international Jean-Louis-Florentz d’Angers décerné par l’Académie des Beaux-Arts, ainsi que le Grand Prix André-Marchal à Biarritz. En 2016, il remporte également le Prix international Boëllmann-Gigout de Strasbourg. La même année, il reçoit le prix « Debiutroku » de l’Institut National de Musique et de Danse de Pologne, équivalant à la « révélation soliste instrumental de l’année » des Victoires de la Musique en France.

 

En 2014-2015, il est pendant six mois « Young Artist in Residence » à la cathédrale Saint-Louis de La Nouvelle-Orléans (USA), où il donne de nombreux récitals et cours d’interprétation et improvisation.

 

Karol Mossakowski a pour volonté de faire vivre la musique par le biais de l’improvisation, à laquelle il donne une place de choix dans ses récitals et développe lors d’accompagnement de films muets. Ainsi, recherché pour son talent inné d’improvisateur, il a récemment donné des ciné-concerts pour le Festival de Cinéma de la ville de Québec, ou le Festival Lumière à Lyon lors duquel le public a pu l’écouter dans l’accompagnement du film Jeanne d’Arc de Dreyer à l’Auditorium de Lyon, récemment paru en DVD chez Gaumont Pathé.

 

Karol Mossakowski enseigne l’orgue et l’improvisation au Conservatoire Hector Berlioz à Paris et est titulaire des grandes orgues de la Cathédrale de Lille.

Thomas OSPITAL

Né en 1990 au pays basque (France), Thomas Ospital débute ses études musicales au Conservatoire de Bayonne avec Esteban Landart et les poursuit au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, où il obtient cinq premiers prix en orgue, improvisation, harmonie, contrepoint, fugue et formes. Il a notamment pour professeurs Olivier Latry, Michel Bouvard, Thierry Escaich, Philippe Lefebvre, Fabien Waksman, Isabelle Duha et Pierre Pincemaille.

 

Lauréat de plusieurs concours internationaux (Saragosse, Chartres, Toulouse, Grand Prix Florentz de l’Académie des Beaux-Arts), il occupe pendant six mois les fonctions de « Young artist in residence » à la Cathédrale Saint Louis King of France de La Nouvelle-Orléans, aux États-Unis.

 

En mars 2015, il est nommé sur concours titulaire du grand-orgue de l’église Saint-Eustache à Paris et devient l’année suivante le premier organiste en résidence du nouvel instrument de l’auditorium de Radio France à Paris. Cette activité l’amène à collaborer régulièrement avec les différentes formations musicales de la Radio et à prendre part à des projets de médiation visant à faire connaître l’orgue au plus grand nombre. 

 

Sa carrière de concertiste le conduit à jouer tant en France qu’à l’étranger aussi bien en soliste, en musique de chambre ou avec orchestre symphonique. L’improvisation tient une place importante dans sa pratique musicale ; soucieux de faire perdurer cet art sous toutes ses formes, il pratique notamment l’accompagnement de films muets. En 2016, on lui commande la musique additionnelle du film Django d’Étienne Comar.

 

Son premier enregistrement discographique est consacré à des œuvres de Franz Liszt au grand-orgue de Saint-Eustache (éditions Hortus, septembre 2017). Enregistré sur l’orgue de l’auditorium de Radio France, un deuxième album paru en janvier 2018 est consacré à des improvisations et à des œuvres de Johann Sebastian Bach mises en regard avec les Chorals-Études de Thierry Escaich, dont il a assuré la création. 

 

Passionné par la transmission, Thomas Ospital est régulièrement sollicité pour enseigner l’interprétation et l’improvisation dans le cadre de masterclasses. Il est depuis 2017 professeur d’harmonisation au clavier au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, où il enseigne également l’harmonie pour les ingénieurs en formation supérieure aux métiers du son.

Site de Thomas OSPITAL

 
 
 
 
 

Rudolf KELBER

A étudié le piano, le violoncelle, l’orgue et la théorie musicale au Conservatoire de musique de Nuremberg. À l’Université de Munich, il s’est spécialisé dans la musique d’église, la direction de l’orchestre et l’orgue, auprès de Karl Richter et Franz Lehrndorfer (orgue) et de Jan Koetsie et Kurt Eichhorn (direction). En 1972, il a reçu le Prix Richard Strauss de la ville de Munich.

Devenu chefd’orchestre aux théatres de Gelsenkirchen et de Heidelberg,  il a dirigé beaucoup de musique de scène. Dans le même temps, il perfectionna son jeu de clavecin et étudia la musique ancienne sur les instruments d’époque. Ensuite, il a dirigé des opéras et oratorios baroques. À partir de 1982, il fur organiste et directeur de la musique à l’église St. Jacobi de Hambourg, où il a promu l’orgue historique célèbre d’Arp Schnitger et initia sa restauration entre 1989 et 1993.

Concertiste international, il a joué et dirigé des concerts à travers l’Europe, les États-Unis et au Japon. Il fut directeur des festivals d’orgue à Hambourg en 1994, 1996, 1998, 2000 et le Festival Messiaen en 2008

Site de Rudolf KELBER

Joachim KELBER

Joachim Kelber wuchs in einer Hamburger Kirchenmusikerfamilie auf. Noch in seiner Schulzeit begann er sein Musikstudium bei Prof. Barbara Westphal an der Musikhochschule Lübeck, welches er später bei Prof. Thomas Selditz in Wien fortsetzte und mit Auszeichnung abschloss. Zusätzlich nahm er Unterricht bei Harald Schoneweg, Thomas Riebl, Heime Müller, Patrick Jüdt sowie dem Vogler Quartett. Im Rahmen seines Engagements für zeitgenössische Musik arbeitete er mit bekannten Komponisten wie Jörg Widmann, Helmut Lachenmann sowie Beat Furrer zusammen. Joachim Kelber begeistert sich für jegliche Art von Improvisation, hierbei bekam er Impulse von Andi Schreiber, Gregor Hübner und dem Sirius String Quartet. Er ist spielt immer wieder beim Klangforum Wien wie auch beim Ensemble Resonanz in Hamburg. Seit 2018 hat er die Stelle der Solo-Bratsche im Philharmonischen Orchester Erfurt inne.

 

Anna KELBER

Anna Kelber a appris la flûte, le piano et le chant dès son enfance. Comme flûtiste, elle a participé à l’orchestre des jeunes de la ville de Hambourg. Elle a remporté plusieurs prix au concours allemand « Jugend musiziert » avec diverses formations de chambre. Parallèlement à ses études de sciences politiques et d’économie en France, elle s’est perfectionnée en flûte traversière au Conservatoire National de Région de Nancy et au Conservatoire de Gennevilliers en région parisienne. Elle joue régulièrement dans différentes formations de musique de chambre et dans des orchestres à Paris, à Hambourg et, depuis 2015, à Bruxelles.